Musée

Diminuer la taille de la police (large).La taille de police sélectionnée correspond à la taille la plus grande possible.Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.Supprimer l'ensemble de la personnalisationImprimer ce document.Envoyer cette page à un amiAjouter aux favoris

Espagne

La technique des reflets métalliques est connue par les arabes de Perse et de Mésopotamie depuis les IXe et XIe siècles. Pratiquée aux XIIe et XIIIe siècles en Espagne, à Malaga, elle est introduite à Manisès au XIVe siècle. Favorisées par le développement du port de Valence, les productions de céramiques à reflets métalliques aux XVe et XVIe siècles sont telles que les grandes familles italiennes se servent de vaisselle de Manisès.

Au XVe siècle, la fabrication est aux mains des ouvriers musulmans auxquels se joignent par la suite des ouvriers chrétiens. C'est pourquoi le répertoire iconographique est d'abord islamique. La composition du décor appartient au monde musulman avec une disposition souvent radiale mais aussi une profusion de motifs car, suivant la tradition arabe, aucune surface ne doit rester vide.
L'iconographie gothique se développe plus tard. On trouve alors des motifs en couronne, feuilles d'acanthes, rosaces, ainsi que des inscriptions couvrant ailes et bords de pièces. Les décors utilisent aussi des motifs héraldiques, les figures humaines, les animaux : dragons, chevaux, lions, appartenant au bestiaire du Haut Moyen-Age.

Au XVIe siècle, avec la Renaissance, apparaît une nouvelle esthétique : la céramique adopte des décors de tradition classique ; le répertoire emprunte davantage au décor floral moins rude qu'au siècle précédent, et traité avec un pinceau plus fin. Le bleu de cobalt intervient sur les plus beaux plats pour un effet de contraste.

Au XVIIe siècle, le décret de Philippe II sur l'expulsion des Maures prive Manisès de ses meilleurs ouvriers. Les nobles de Valence sollicitent une dérogation, mais l'époque n'est plus à la grande qualité de l'"obra dorada" (primitivement, les maîtres fabricants voulaient imiter la vaisselle d'or). L'émail de fond est plus clair, les reflets plus rouges. Le répertoire décoratif est celui du siècle précédent : sur la surface, la "feuille-fleur", et dans le centre, des animaux dont le célèbre "pardalot" (oiseau) qui sera le thème spécifique du XVIIIe siècle. Enfin apparaîtra la polychromie.

Les séries de bénitiers ont été produites aux XVIIIe et XIXe siècles.

Voir l'image en grand

Plat à ombilic et aile large godronnée
Décor de lustre doré
Diam. 38 cm
Manisès, fin XVe siècle

Autour de l'ombilic, très riche décor de deux couronnes de signes portant l'influence de l'alphabet islamique et de feuilles miniaturisées. Sur l'aile godronnée, décor islamique sur fond de feuilles miniaturisées.
Au dos de l'aile, décor d'entrelacs de feuilles, de cercles concentriques sur le fond, et de feuilles dans le creux de l'ombilic.

Pour en savoir plus

Cliquez ici

Le site du conseil général

Musée Muséum départemental
6 avenue Maréchal Foch
05000 GAP     Tél. : 04 92 51 01 58