Musée

Diminuer la taille de la police (small).Augmenter la taille de la police (large).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.Supprimer l'ensemble de la personnalisationImprimer ce document.Envoyer cette page à un amiAjouter aux favoris

Pierre funéraire

  Pierre funéraireVoir l'image en grand 

Plaque funéraire apposée au mur situé sur la gauche du mausolée.
Marbre noir
 2,52 m de large sur 2,50 de long

Traduction du latin :

 "Qui que tu sois, lecteur, lis à voix basse pour ne pas réveiller celle qui dort.
Claudine de Béranger, née d’une famille célèbre, femme d’une absolue pureté de mœurs, repose ici.
Elle épousa François de Bonne Lesdiguières, duc, pair et Maréchal de France, Lieutenant
Général du Roi en Dauphiné, à qui elle laissa une fille unique, gage de leur amour mutuel.
Elle mourut en 1606 à 56 ans.
L’époux à son épouse très méritante.
P.C. 1612
Leur grand amour franchit même les rivages de la mort"

Dans le milieu d'une couronne de marbre blanc, deux écussons, celui des Bérenger et celui des Bonne, sont accouplés. Deux angelots en marbre de Carrare soutiennent, de part et d'autre, cette stèle. Sous l'épitaphe, inscrit au-dessus d'une tête de mort, un verset de la première épître de Saint-Paul aux Corinthiens :

"Ce que tu sèmes n'est point vivifié
si premier il ne meurt"

Cette oeuvre banale provient, elle aussi, du ciseau de Jacob Richier. L'épitaphe dit les mérites de Claudine de Bérenger la première épouse du Connétable. En deux phrases elle résume toute sa vie :

"Née d'une illustre famille,
Femme à la pudeur intacte"

En vérité, ces deux êtres si dissemblables n'ont été vraiment près l'un de l'autre que dans la mort. Cette proximité est faite du rapprochement, dans la même salle du Musée Muséum départemental des Hautes-Alpes, de ces deux ouvrages de marbre consacrés à leur mémoire : l'un glorieux, l'autre infiniment modeste ; puis, à Sassenage, du mélange de leurs ossements dans un même tombeau dépourvu de tout ornement extérieur. Ainsi l'a voulu le destin. La paix dans laquelle ils reposent depuis plus de trois siècles, ils ne la connurent guère de leur vivant. L'existence de l'homme de guerre - ses combats et ses chevauchées - fut à peu près sans trêve et sans répit. Quant à l'épouse délaissée, elle n'eut en partage qu'affliction, indifférence ou mépris.

Le site du conseil général

Musée Muséum départemental
6 avenue Maréchal Foch
05000 GAP     Tél. : 04 92 51 01 58