Musée

Diminuer la taille de la police (medium).Augmenter la taille de la police ().Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.Supprimer l'ensemble de la personnalisationImprimer ce document.Envoyer cette page à un amiAjouter aux favoris

Grenoble

En 1735, Antoine Roy-Comte, marchand faïencier à Grenoble, Edouard Roux et Jean-Baptiste Chaix, faïenciers de Moustiers, obtiennent l'autorisation d'ouvrir une faïencerie dans le faubourg de Très-Cloître, hors des murs de la ville de Grenoble. En 1749, Jean-Pierre, le fils d'Edouard Roux, prend la tête de l'entreprise et la fait rapidement prospérer.

En 1750, Claude Potié, originaire de Nevers, installe à son tour sa fabrique venant concurrencer directement celle de Très-Cloître. Grâce à ses connaissances techniques, à son travail, à son expérience de peintre dans les fabriques de Lyon et de Très-Cloître, il parvient à  acquérir une certaine aisance. A sa mort en 1782, son jeune fils, François Potié reprend la manufacture et la mène à son apogée, tandis que son frère ainé, Claude, se lance, dès 1776, dans l'installation d'une autre faïencerie toute proche. A la mort de François, sa fille et sa femme continueront d'exploiter la fabrique jusqu'en 1830, date à laquelle l'atelier est détruit. Quant à la faïencerie de Claude, sa prodution sera abandonnée en 1817.

Les ouvriers des fabriques de Grenoble sont, en majorité, des Provençaux, arrivant de Moustiers, Varages, Marseille. Dans la seconde partie du XVIIIe siècle, le personnel est plus cosmopolite, venant aussi de Strasbourg, Aprey, Nevers ou Lyon. Le style qui en découle est d'abord influencé par Moustiers qui domine à cette période ; on y trouve ensuite la marque des autres centres devenus à la mode, notamment dans la production du petit feu.

Pour en savoir plus

Cliquez ici

Le site du conseil général

Musée Muséum départemental
6 avenue Maréchal Foch
05000 GAP     Tél. : 04 92 51 01 58