Musée

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Envoyer cette page à un amiAjouter aux favoris

Voir l'image en grand

Vue d'une des trois ouverture de la rue Grenette

Voir l'image en grand

Revelé graphique pierre à pierre d'un sol archéologique à l'échelle 1/20e

Voir l'image en grand

Evolution sur plans anciens du quartier de la Rue Grenette

GAP, Rue Grenette

  • Aménageur : Commune de Gap
  • Type d’aménagement : Conteneurs enterrés à ordures ménagères
  • Dates d’intervention : du 22 au 26 septembre 2014
  • Responsable scientifique : Audrey COPETTI

La demande anticipée de diagnostic par le Service de la Propreté Urbaine de la ville de Gap est à l’origine d’observations archéologiques dans le cadre d’un programme d’installation de conteneurs enterrés à ordures ménagères en trois points différents du centre-ville.

Voir l'image en grand

Plan topographique et emplacement des murs sur les plans anciens du couvent des Dominicains

Le quartier de la rue Grenette :

Les travaux de la rue Grenette ont donné lieu à la découverte de deux murs perpendiculaires relativement massifs. Ces murs témoignent que le secteur est aménagé et/ou loti à l’Antiquité. L’ensemble est abandonné à une date inconnue et semble influencer les installations postérieures. Cette occupation est située au nord de l’espace de la ville connue et du rempart du IIIème siècle après J.-C..

L’installation du couvent des Dominicains au Moyen-Âge et ses transformations successives ont pu être en partie confirmées. Par la suite, l’espace est investi par des maçonneries renforcées. L’installation d'un sol témoigne d’un agrandissement du couvent sur les jardins. Cette forme correspond aux bâtiments présentés sur un plan de 1902 dont les fonctions de couvent et de collège des Dominicains ont évolué en tribunal civil, détruit en 1976.

La présomption d’un parcellaire ancien :

L’orientation constante des murs nous invite à émettre l’hypothèse de l’existence d’un parcellaire1 ancien datant de l’Antiquité. En effet, les deux murs antiques ainsi que le maintien à chaque période de leur orientation forment deux axes structurants forts, appartenant potentiellement à une insulae2. Bien entendu, il convient de présenter ces éventuelles hypothèses avec les réserves d’usage liées aux caractères lacunaires des vestiges considérés et aux nombreux remaniements du site au cours du temps.

1. Parcellaire : division en parcelles (partie délimitée d'un terrain) d'un espace

2. Insula (Insulae pl.) : nom donné à une forme d'habitat urbain durant l'antiquité romaine

Le site du conseil général

Musée Muséum départemental
6 avenue Maréchal Foch
05000 GAP     Tél. : 04 92 51 01 58